Les facteurs clés pour une bonne gestion des activités de maintenance

     

    Design sans titre-3-23La gestion des activités de maintenance a pour but de maximiser l’activité des équipements et des installations, qu’ils soient matériels ou logiciels, tout en minimisant le plus possible les risques de défaillance et les coûts d’entretien et de dépannage. Cela s’inscrit bien entendu dans une vue plus large des objectifs de toute entreprise que sont la productivité, l’efficacité et la rentabilité. Quels sont les facteurs clés pour gérer de manière efficiente vos activités de maintenance ?


    Les deux types de maintenance

    La maintenance peut être soit :

    • une maintenance préventive
    • une maintenance corrective (accidentelle, curative). 

    La maintenance préventive tente d’anticiper la panne ou dysfonctionnement, ce qui présente l'avantage certain de permettre une planification de l’intervention. D’une manière générale, une maintenance préventive efficace permet de réduire drastiquement les défaillances et limite donc fortement le recours à la maintenance corrective.

    La maintenance corrective intervenant après la détection de la défaillance, elle est concomitante à des perturbations du fonctionnement de la chaîne de production, et l’inconnue sur sa durée peut, dans l'absolu, nécessiter la constitution de stocks prévisionnels. Il est clair qu’il ne s’agit pas d’une réponse à privilégier, et qu’il faut tenter de réduire sa part au maximum, dans la mesure du possible.

    Une bonne gestion des activités de maintenance combine intelligemment ces deux approches.

     

    La réalisation des interventions de maintenance

    Les enjeux de la réalisation des interventions de maintenance se déclinent en :

    • la maîtrise des délais d’intervention et de la réactivité du personnel approprié, qui implique le respect du planning de réalisation de la maintenance préventive, la qualification juste de la priorité donnée à la défaillance, la qualité de la formation de l’intervenant,
    • la maîtrise des coûts d’intervention, que l’intervenant soit un service interne ou un sous-traitant.

     

    La fiabilité des installations et des équipements

    Un facteur important d’une bonne gestion est la perception aiguë de la fiabilité ou de la non-fiabilité de chacun des éléments du parc de production. Il est nécessaire de s’assurer de :

    • la maîtrise de la fiabilité des installations en identifiant de manière continue celles qui sont fiables, celles qui le sont moins, celles qui ne le sont pas. Par ordre de priorité, l’analyse de la non-fiabilité permet d’ajuster le programme de maintenance préventive en contenu et en fréquence.
    • la maîtrise du coût de non-fiabilité,
    • la maîtrise des stocks de fournitures et des besoins nécessaires à la maintenance, par exemple par une identification juste des besoins éventuels de stockage préventif.

     

    La gestion du cycle de vie

    Une bonne gestion des activités de maintenance passe par une prise en compte fine du cycle de vie des équipements à maintenir. Il faut donc s’assurer de :

    • la maîtrise du début de vie des équipements en contrôlant la conformité et la possession par le service intervenant de tous les modes opératoires et programmes de maintenance préventive, et toutes les autres informations techniques,
    • la maîtrise de la fin de leur vie via un pointage permanent des installations arrivant en fin de vie et effectuer le suivi des coûts de maintenance et d’obsolescence.

    Toute activité de maintenance repose en outre sur un processus de communication bien huilé, dans un sens comme dans l’autre. Les alertes doivent être lancées, qualifiées, priorisées et transmises de manière rapide et efficace, tout comme les informations du traitement de la correction. La maintenance préventive aussi doit communiquer clairement la fréquence des interventions programmées, leur localisation, leur durée.

     

    La mise en place des actions

    Dans le cadre de la maintenance préventive, le facteur clef est la mise en place de la planification des interventions de maintenance et celle du suivi des missions. La maintenance programmée des activités menées suit un programme, et dans ce cadre, on distingue deux types d’actions :

    • la maintenance périodique qui s’effectue à fréquence régulière, selon un calendrier prédéfini, procède aux contrôles et mesures périodiques de la fiabilité des éléments,
    • la maintenance prévisionnelle qui se base quant à elle sur une analyse des conditions d’utilisation de l’équipement, et permet entre autres de comprimer les coûts de maintenance en supprimant des interventions périodiques.

    Ces deux méthodes autorisent la découverte précoce des défauts ou possibles faiblesses afin de permettre au système de délivrer une réponse rapide.

     

    La gestion des ressources

    Pour s’assurer une bonne gestion des activités de maintenance, il est primordial de réaliser une gestion des ressources cohérente et pérenne :

    • la gestion du potentiel humain dépend du type de maintenance choisie qui influe naturellement sur l'organisation à structurer : service interne ou sous-traitant, service spécialisé ou services pluridisciplinaires… La formation, la compétence du personnel, l’accumulation d’expérience sont des facteurs clés qui permettent de réduire sensiblement les délais d’intervention,
    • la gestion du temps est bien évidemment cruciale tant en amont de l’intervention qu’au cours de celle-ci : délai d’alerte, délai de diagnostic et de qualification de l’incident, délai de résolution du dysfonctionnement…

    Les facteurs qualifiant une bonne gestion des activités de maintenance sont donc nombreux. La recherche de l’efficience sur l’ensemble de ces processus permet de délivrer une disponibilité maximale des installations matérielles et logicielles, et de comprimer risques et coûts pour tendre vers une productivité accrue et une rentabilité maximale du système.

    GMAO Général

    Vous souhaitez en savoir plus sur notre GMAO ?